Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 13:22



" Une simple pensée de gratitude dirigée vers le ciel
est la plus parfaite des prières"

 

Gotthold Ephraïm Lessing


 
 



« Merci Divine Providence d’avoir accordé ton  abondance à chaque être humain et à moi-même"

pensée de mai 2009
Eileen Caddy-












 “O Seigneur, toi qui me prêtes la vie, prête-moi aussi un coeur rempli de gratitude.”


Shakespeare



Repost 0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 12:47






Je propose quelques exercices d'entrainement, si cela vous tente, tout n'est pas recensé ici, heureusement !


Exercices de gratitude

Une fois que l’on est convaincu de ces bienfaits, reste à mettre la gratitude en pratique. Cela ne va pas de soi car l’ironie, le scepticisme, voire le cynisme sont intellectuellement valorisés. Afficher sa joie de vivre ou son optimisme reste suspect. Les chercheurs américains reconnaissent que cela demande une certaine ouverture d’esprit. Et de museler, momentanément au moins, la petite voix nous disant que cette pratique n’est que la version comportementaliste de la vieille méthode Coué.

« Ces exercices peuvent être faits avec scepticisme, pas avec cynisme », prévient Chris Peterson. C’est pourquoi il invite tous les sceptiques à se plier régulièrement à cette pratique de manière à vaincre les résistances internes. « Faites “comme si”, jusqu’à ce que ça marche réellement. Avec le temps, l’esprit suit les mots et le changement émotionnel s’opère. »

Peterson sait de quoi il parle ; il avoue avoir eu lui-même bien du mal à faire l’exercice de la lettre de gratitude qu’il préconisait à ses étudiants. « J’ai essayé, encore et encore, jusqu’à ce que, un jour, je sente que ce que j’écrivais partait du cœur…

Voilà peut-être le nouveau défi qui s’offre à nous. Pour une vie plus vivante et plus vibrante.







  Remontez la chaîne des causes et des effets
qui ont apporté des éléments positifs dans votre vie
Quelle personne ou quelle suite d’événements est à l’origine de ce travail que vous aimez, de cette rencontre qui a tout changé, de ce livre ou de cette œuvre qui vous procurent tant de plaisir ? Reconnaître vos sources amène une double joie : celle d’avoir reçu et celle de reconnaître la valeur de l’autre.


Faites un bilan positif
Le soir, au coucher, déroulez le film des événements agréables que vous pouvez considérer comme des « cadeaux » de la journée : un bon repas avec une amie, une tâche menée à bien, un éclat de rire, la sensation de bien-être après une heure de sport, un coup de téléphone agréable… Chacun de ces petits « plus » vaut bien un remerciement !






Cultivez un regard neuf

En considérant comme « allant de soi » notre quotidien, nous en venons à oublier la valeur des choses. Sans se prosterner devant sa machine à laver ou sa baguette de pain, il est important de prendre le temps d’apprécier tout ce qui nous facilite la vie : l’eau qui coule à volonté, les fruits et légumes en abondance sur la table, l’air et le soleil qui entrent par la fenêtre… Après tout, ils ne sont pas des dûs.







Remerciez… lorsque vous donnez
Apprenez à ressentir le plaisir qu’il y a dans le fait de donner. Et remerciez intérieurement le bénéficiaire de votre générosité, car celui-ci vous permet sans le savoir d’entrer en contact avec la meilleure part de vous-même. Celle qui donne sans craindre d’être dépossédée, celle qui a conscience de l’infinie richesse de l’échange et du partage.



Méfiez-vous des jugements, de la comparaison, de l’envie

Ces sentiments négatifs nous font gaspiller notre énergie vitale, brident notre confiance et notre curiosité. Ils sont le fruit de nos croyances, elles-mêmes issues de nos peurs : peur de ne pas être à la hauteur, d’être déçu, malmené. Après en avoir pris conscience, efforcez-vous de les chasser de votre esprit. Cultivez à la place des sentiments d’accomplissement en vous rappelant vos succès.







Acceptez les moments difficiles

Accueillez tristesse, colère ou déception en faisant corps avec cette émotion négative, sans la nourrir ni la combattre. Cette acceptation permet d’atténuer les « montagnes russes émotionnelles » qui nous emportent. En cessant de considérer les événements sous un angle « bon » ou « mauvais », vous apprendrez à considérer la vie comme un tout, dont il est possible de savourer sans crainte les différentes saveurs.

 


Repost 0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 10:00


Adoptez la gratitude attitude

Eprouver de la reconnaissance pour les autres, mais aussi pour ce qu’il nous est donné de vivre est bien plus qu’une vertu morale ou une qualité de cœur. La gratitude est aussi un moteur de bien-être pour celui qui veut bien la faire grandir en lui en la travaillant au quotidien.





Dire merci

Considérée comme une simple politesse – dire merci à un bienfaiteur est la plus élémentaire des courtoisies – ou comme un devoir moral hérité de notre culture judéo-chrétienne, la gratitude n’est pas une qualité très valorisée sous nos latitudes. Pourtant, selon les dernières études américaines en psychologie positive (In Psychology Today - mars 2006. Toutes les citations des chercheurs en sont également tirées), elle participerait activement à la bonne santé émotionnelle de ceux qui en font un usage régulier. Renforçant les liens sociaux, la gratitude affaiblit aussi les émotions négatives et procure un sentiment de bien-être durable.

Chris Peterson, professeur de psychologie à l’université du Michigan, en est l’un des grands spécialistes. Régulièrement, il demande à ses étudiants d’écrire une « lettre de gratitude » à une personne qui a compté dans leur vie. D’année en année, il fait le même constat : « Ecrire ces textes procure à leurs auteurs un sentiment de bien-être durable. »

Un sentiment renforcé, ajoute Chris Peterson, si l’auteur la lit à haute voix à son destinataire. C’est alors le fameux effet « boule de neige » généré par les émotions positives : valorisé, reconnu dans sa valeur, le bénéficiaire renvoie à son tour un message gratifiant à l’auteur de la lettre. Très « américains », ces exercices « cognent » un peu avec notre mentalité, mais il est possible de s’exercer à la gratitude sans lettres ni déclarations officielles. Il suffit d’ouvrir les yeux sur son quotidien.



Repost 0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 21:17



On n'a pas le choix, s'enraciner dans l'amour, dit-on !







Notre raison de vivre sur terre, c'est de développer l'amour (bien compris!)
aimer tout son être, aimer la vie, vivre l'amour inconditionnel !!

L'amour divin est au coeur de tout ce qui vit, au coeur de chaque particule.





Cet amour émané par les Maitres, les anges, ne pose aucune condition,
Physiquement, cela se présente comme une immense chaleur au niveau de la poitrine, un rayonnement persistant accompagné d'une joie et d'une sérénité apaisante !





Le réveil actuel de l'humanité consiste à reprendre conscience de son état divin, et de cet amour qui est notre base essentielle.
Ceci entraine des transformations intérieures importantes.
Il faut lâcher les anciennes croyances conditionnelles, et entrer dans cet état d'amour qui nourrit tout le corps,
Accepter l'autre tel qu'il est.
Honorer la vie dans tous ses aspects.
et doucement peurs, jugements, intolérance...... s'effacent  et laissent place à la splendeur de l'être divin en soi en expérience ici-bas.
Etre humble et laisser de la place au grand Moi, pour que l'égo diminue ou se remette à sa place, mais pas à la 1ère place !




Repost 0
Published by witney - dans Spiritualité
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 20:38



Il n'y a qu'un chemin, celui de l'amour. Tous les Maitres l'ont enseigné depuis longtemps. Encore faut-il bien comprendre, et appliquer les conseils !




Bouddha


L'être humain a décliné l'amour en amour conditionnel.
Exemples :
- J'aime ceci, j'aime pas cela
- si tu m'aimes, tu dois faire ça pour moi.. (exigences)
- après tout ce que j'ai fait pour toi, tu oses .......(culpabiliser l'autre).
- si je me dévoue plus, peut être serai-je plus aimé..
- aimer Dieu, ses proches = se sacrifier, souffrir etc
- je n'aime que ceux qui pensent comme moi, ou ceux de ma race !!
- s'il m'aimait, il devrait, il n'a qu'à,
- j'ai des attentes..
et j'en passe !!!
je ne mentionne pas la possessivité, la jalousie, la domination et le pouvoir.
Il y a aussi les peurs, les jugements, le rejet, l'intolérance,la haine.
Les obligations, les notions de "devoir", les fausses croyances,
Tout cet amour là passe par le mental, l'égo, c'est un amour qui n'apporte ni bonheur, ni libération, tout le monde le sait !





Jesus- Christ


Toutes les religions ont donné les mêmes messages sur l'amour, la paix
la tolérance...


Quelques petits exemples...


Maitre Omraam Aivanhov




Maitre Ecckart




Krishnamurti



En Orient et en Occident , des guides spirituels ont apporté leur réflexion,
leur sagesse et leur amour pour aider les êtres !
Je ne peux pas citer ici tous les Maitres, les traditions,
les courants de pensée ou philosophie !!


Qu'est ce qu'on attend ??
 

pour vivre le vrai amour, l'amour divin !!


!

Repost 0
Published by witney - dans Spiritualité
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 16:42

 



 

Les Roses dans les traditions spirituelles (quelques éléments) :

 

 





 

Remarquable par sa beauté, sa forme et son parfum, la rose est la fleur symbolique la plus employée en Occident. Elle correspond dans l'ensemble à ce qu'est le lotus, en Asie, l'un et l'autre étant très proches du symbole de la roue. L'Aspect le plus général de ce symbolisme floral est celui de la manifestation, issue des eaux primordiales, au-dessus desquelles elle s'élève et s'épanouit. Cet aspect n'est d'ailleurs pas étranger à l'Inde, où la rose cosmique Triparasundarî sert de référence à la beauté de la Mère divine. Elle désigne une perfection achevée, un accomplissement sans défaut. Comme on le verra, elle symbolise la coupe de vie, l'âme, le cœur, I'amour. On peut la contempler comme un mandala et la considérer comme un centre mystique.

 




La rose est dans l'iconographie Chretienne, soit la coupe qui recueille le sang du Christ, soit la transfiguration des gouttes de ce sang, soit le symbole des plaies Christ. Un symbole rosicrucien figure cinq roses, une au centre et une sur chacun le$ bras de la Croix.




symbole rosicrucien






la coupe du Graal



 Ces images évoquent soit le Graal, soit la rosée céleste de . la Rédemption. Et puisque nous citons Ici Rose-Croix, remarquons que leur emblème place la rose : au centre de la Croix, c'est-à-dire à l'emplacement du cœur du Christ, du Sacré-Cœur.






Sacré-coeur du Christ


Ce symbole est le même que la Rosa candida de la Divine Comédie ; laquelle ne peut manquer d'évoquer la Rose mystique des litanies chrétiennes, symbole de la Vierge ; le même peut-être aussi que celui du Roman de la Rose. Angelus Silesius fait de la rose limage de l'âme, celle aussi du Christ, dont l'âme reçoit l'empreinte. La rose d'or, autrefois bénie par le Pape le quatrième dimanche de Carême, était un symbole de puissance et d'instruction spirituelles Mais aussi sans doute un symbole de résurrection et d'immortalité. La rosace gothique et la rose des vents marquent le passage, du symbolisme de la rose à celui de la roue.





Rose-mandala




 

Selon  F. Portal, la rose et la couleur rose constitueraient un symbole de régénération du fait de la parenté sémantique du latin rosa avec ros, la pluie, la rosée. La rose et sa couleur, dit-il étaient les symboles du premier degré de régénération et d'initiation aux mystères... L'âne d'Apulée recouvre la forme humaine, en mangeant une couronne de roses vermeilles que lui présente le grand prêtre d'Isis.




Isis

 Le rosier, ajoute cet auteur, est l'image du régénéré, comme la rosée est le symbole de la régénération. Et la rose, dans les textes sacrés, accompagne bien souvent le vert, ce qui confirme cette interprétation. Ainsi dans l'ecclésiaste ; J'ai grandi comme les plants de roses de Jéricho, comme un olivier magnifique dans la plaine. L'olivier était consacré à Athéna - la déesse aux yeux pers qui naquit à Rhodes, 1lle des roses : ce qui suggère les mystères de l'initiation. Et les rosiers étaient consacrés à Aphrodite en même temps qu'à Athéna. La rose était chez les Grecs une fleur blanche, mais lorsque Adonis, protégé d'Aphrodite, fut blessé à mort, la Déesse courut vers lui, se piqua à une épine et le sang colora les roses qui lui étaient consacrées
.


 

 




Adonis et Aphrodite

 

C'est ce symbolisme de régénération qui fait que, depuis l'Antiquité, on dépose des roses sur les tombes : les anciens nommaient cette cérémonie rosalia ; tous les ans, au mois de mai, ils offraient aux mânes des défunts des mets de roses. Et Hécate, déesse des Enfers, était parfois représentée la tête ceinte dune guirlande de roses à cinq feuilles. On sait que le nombre cinq" succédant au quatre, nombre d'accomplissement, marque le départ d'un nouveau cycle.

 





Au septième siècle, selon Bède, le tombeau de Jésus-Christ était peint dune couleur mélangée de blanc et de rouge. L'on retrouve ces deux éléments composants de la couleur rose, le rouge et le blanc, avec leur valeur symbolique traditionnelle, sur tous les plans, du profane au sacré, dans la différence accordée aux offrandes de roses blanches et de roses rouges, ainsi que dans la différence entre les notions de passion et de pureté et celles d'amour transcendant et de sagesse divine. Aux armes des religieuses, dit le Palais de l'honneur, l'on met une couronne composée de branches de rosier blanc avec ses feuilles, ses roses et ses épines, qui dénote la chasteté quelles ont conservée, parmi les épines et les mortifications de la vie.


 




 

Hécate


La rose est devenue un symbole de l'amour et plus encore du don de l'amour, de l'amour pur... La rose comme fleur d'amour remplace le lotus égyptien et le narcisse grec ce ne sont pas les roses frivoles de Catulle... mais les roses celtiques, vivaces et fières, non dépourvues d'épines et lourdes d'un doux symbolisme : celle du Roman de la Rose, dont Guillaume de Lorris el Jean de Meungfont le mystérieux tabernacle du Jardin d'Amour de la Chevalerie, rosa mystica des litanies de la Vierge, roses d'or que les Papes donneront aux princesses méritantes, enfin l'immense fleur symbolique que Béatrice montre à son amant fidèle parvenu au dernier cercle du Paradis, rose et rosace à la fois.

que, depuis l'Antiquité, on dépose des roses sur les tombes : les anciens nommaient cette cérémonie rosalia ; tous les ans, au mois de mai, ils offraient aux mânes des défunts des mets de roses. Et Hécate, déesse des Enfers, était parfois représentée la tête ceinte dune guirlande de roses à cinq feuilles. On sait que le nombre cinq" succédant au quatre, nombre d'accomplissement, marque le départ d'un nouveau cycle.

 








rosace de cathédrale

Repost 0
Published by witney - dans symbolisme
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 08:53


Hier à la radio passait la chanson de Gilbert Bécaud "l'important, c'est la rose", d'où cette inspiration !






pourquoi ?


« La rose est sans pourquoi,
elle fleurit parce qu'elle fleurit,
elle ne se soucie pas d'elle-même,
elle ne se demande pas si on la voit. »


(Angelus Silesius, Livre I, 289)


 

           Angelus Silesius (1624 –1677), poète allemand, est né à Breslau, en Silésie (aujourd'hui Wroclaw en Pologne). Son vrai nom était Johann ou Johannes Scheffler, mais il est généralement connu par le pseudonyme de Angelus Silesius sous lequel il a publié ses poèmes. Elevé dans la religion luthérienne et ayant suivi des études de sciences et de médecine, il fut le médecin du duc de Württemberg-Oels. Silesius se convertit au catholicisme en 1652 et entra dans les ordres en 1661, devenant coadjuteur du prince–évêque de Breslau. Il mourut au monastère de St. Matthias en 1677.

Son œuvre la plus connue, intitulée « Le pélerin chérubinique » (NDLR : paru chez Rivages) est constituée d’une série de distiques inspirés par une sorte de panthéisme mystique, influencés par les écrits de Jakob Böhme et de ses disciples. Silesius affectionne particulièrement les paradoxes les plus subtils du mysticisme. Il développe par exemple le raisonnement suivant : l’essence de Dieu est amour ; Dieu ne peut aimer rien qui soit inférieur à lui ; mais il ne peut pas être un objet d’amour pour lui–même sans sortir, pour ainsi dire, de lui–même et sans manifester son infinité dans une forme finie : en d’autres termes, en devenant homme. Dieu et l’homme, par conséquent, ne font qu’un.


On trouve dans l’Encyclopédie de l’Agora un commentaire assez critique d’Angelus Silesius, : « La vraie condition du bonheur, d’après Angelus Silesius, c’est le repos absolu. Ne plus agir, ne plus vouloir, ne plus désirer même, ouvrir son âme au rayonnement de l’amour divin, tel est le but idéal de la vie. »
















 

Repost 0
Published by witney - dans Spiritualité
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 13:57



Eckart  Tolle rappelle que seul le présent compte, le passé est derrière nous, on ne peut plus rien faire, le futur pas encore créé, et d'ailleurs le futur dépend du présent, l'Etre ne peut se manifester que dans le présent !




 

Avez vous jamais eu une expérience,fait, pensé ou senti quelque chose qui ne se situe pas dans le moment présent? Pensez vous que cela puisse vous arriver un jour? Est-il possible que quelque chose soit en dehors de l'instant présent? La réponse est évidente n'est ce pas?
Rien ne s'est jamais produit dans le passé:cela s'est produit dans le présent
Rien ne se produira jamais dans le futur : cela se produira dans le présent
Ce que vous considérez comme le passé est le souvenir d'un ancien moment présent mis en mémoire dans l'esprit. Lorsque vous vous souvenez du passé,vous ravivez une mémoire.Le futur est un présent imaginé,une projection du mental. Quand le futur arrive,c'est sous la forme du présent. Lorsque vous pensez au futur,vous le faites dans le présent. De toute évidence,le passé et le futur ne constituent pas des réalités en soi. A l'instar de la lune qui n'émet pas sa propre lumière mais peut seulement refléter la lumière du soleil , le passé et le futur ne sont que de pâles reflets de la lumière,du pouvoir et de la réalité qu'est l'éternel présent. Leur réalité est empruntée au présent.
Le mental ne peut comprendre l'essence de ce que je suis en train de dire.toutefois,dès que vous la saisissez,il se produit un basculement de la conscience,du mental à l'Etre,du temps à la présence.Tout d'un coup ,tout semble vivant,irradie d'énergie,s'anime de l'Etre.


Extrait de “le pouvoir du moment présent” d'Eckhart Tolle

 

 

























Repost 0
Published by witney - dans Instant présent
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 13:23



Je propose à la réflexion ce texte sur la diversité, qui devrait
nous ouvrir à la tolérance, l'acceptation des différences
et à l'amour universel !
   




Chaque visage est un miracle
Un enfant noir, à la peau noire, aux yeux noirs
Aux cheveux crépus ou frisés, est un enfant.
Un enfant blanc, à la peau rose, aux yeux bleus ou verts
Aux cheveux blonds et raides, est un enfant.

L'un et l'autre, le noir et le blanc, ont le même sourire
Quand une main leur caresse le visage, quand on les regarde avec amour
Et leur parle avec tendresse.

Ils verseront les mêmes larmes si on les contrarie,
Si on leur fait mal.

Il n'existe pas deux visages absolument identiques
Chaque visage est un miracle parce qu'il est unique.
Deux visages peuvent se ressembler
Mais ils ne seront jamais tout à fait les mêmes.

La vie est justement ce miracle.
Ce mouvement permanent et bougeant
Et qui ne reproduit jamais le même visage.

Vivre ensemble est une aventure où l'amour,
L'amitié est une belle rencontre avec ce qui n'est pas moi,
Ce qui est toujours différent de moi et qui m'enrichit.




Tahar Ben Jéloun - Mots et merveilles





Petit exercice : combien de visages voyez vous ?







Bonne reflexion et bonne journée !









Repost 0
Published by witney - dans Sagesse
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 16:45


 




Ce texte permet de comprendre l'importance
de l'écoute, du respect entre 2 personnes !!

 

 

 

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
Accorde-moi seulement quelques instants
Accepte ce que je vis, ce que je sens,
Sans réticence, sans jugement.

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
Ne me bombarde pas de conseils et d'idées
Ne te crois pas obligé de règler mes difficultés
Manquerais-tu de confiance en mes capacités?




 

 




Écoute-moi, s”il te plaît, j'ai besoin de parler
Surtout, ne me juge pas, ne me blâme pas
Voudrais-tu que ta moralité
Me fasse crouler de culpabilité









Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
N'interprète pas et n'essaie pas d'analyser
Je me sentirais incompris et manipulé
Et je ne pourrais plus rien te communiquer

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler







Ne m'interromps pas pour me questionner
N'essaie pas de forcer mon domaine caché
Je sais jusqu'où je peux et veux aller

Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
Respecte les silences qui me font cheminer
Gardes-toi bien de les briser
C'est par eux bien souvent que je suis éclairé






 

Alors maintenant que tu m'as bien écouté
Je t'en prie, tu peux parler
Avec tendresse et disponibilité
À mon tour, je t'écouterai

Jacques Salomé


 
Repost 0
Published by witney - dans Communication
commenter cet article

Présentation

  • : Au présent
  • Au présent
  • : Clichés du moment, instant présent, créativité, sagesse, sérénité, connaissance de soi, bien-être, spiritualité, développement personnel, accompagnement, poésie, nature
  • Contact

Mes musiques au choix

Recherche